Livre d'Urantia - Fascicule 56. Unité universelle

(UF-FRE-001-2014-2)

Livre d'Urantia   

Prt II: L’Univers Local

Fascicule 56. Unité universelle



Fascicule 56. Unité universelle

56:0.1 (637.1) DIEU est unité. La Déité est universellement coordonnée. L’univers des univers est un vaste mécanisme intégré qui est absolument contrôlé par un seul mental infini. Les domaines physiques, intellectuels et spirituels de la création universelle sont divinement reliés. Le parfait et l’imparfait sont vraiment en corrélation, et c’est pourquoi les créatures évolutionnaires finies peuvent s’élever au Paradis en obéissant au commandement du Père Universel : « Soyez parfaits comme moi-même je suis parfait. »

56:0.2 (637.2) Les divers niveaux de la création sont tous unifiés dans les plans et l’administration des Architectes du Maitre Univers. Pour le mental circonscrit des mortels de l’espace-temps, l’univers peut présenter beaucoup de problèmes et de situations qui offrent apparemment un tableau de disharmonie dénotant une absence de coordination effective ; mais ceux d’entre nous qui sont capables d’observer des domaines plus étendus de phénomènes universels, et qui ont plus d’expérience dans l’art de détecter l’unité fondamentale sous-jacente à la diversité créative, et de découvrir l’unicité divine répandue dans tout ce fonctionnement de la pluralité, ceux-là perçoivent mieux le dessein unique et divin que montrent toutes ces manifestations multiples d’énergie créative universelle.

1. Coordination physique

56:1.1 (637.3) La création physique ou matérielle n’est pas infinie, mais elle est parfaitement coordonnée. Il y a la force, l’énergie et le pouvoir, mais tous n’ont qu’une seule origine. Les sept superunivers sont apparemment de nature duelle, et l’univers central de nature trine, mais le Paradis est de constitution unique. Et le Paradis est la source actuelle de tous les univers matériels – passés, présents et futurs – mais le fait que ceux-ci en dérivent cosmiquement est un évènement d’éternité ; en aucun temps – passé, présent ou futur – ni l’espace ni le cosmos matériel ne sont issus de l’Ile nucléaire de Lumière. En tant que source cosmique, le Paradis fonctionne préalablement à l’espace et antérieurement au temps. Ses dérivations paraitraient donc dépourvues d’origine dans le temps et l’espace si elles n’émergeaient pas au travers de l’Absolu Non Qualifié, leur dépositaire ultime dans l’espace, leur révélateur et régulateur dans le temps.

56:1.2 (637.4) L’Absolu Non Qualifié soutient l’univers physique alors que l’Absolu de Déité motive le délicat supercontrôle de toute la réalité matérielle, et ces deux Absolus sont fonctionnellement unifiés par l’Absolu Universel. Toutes les personnalités – matérielles, morontielles, absonites ou spirituelles – comprennent mieux cette corrélation cohésive de l’univers matériel en observant que toute la réalité matérielle authentique répond à la gravité convergeant au Bas-Paradis.

56:1.3 (638.1) L’unification par la gravité est universelle et invariante. La réaction à l’énergie pure est également universelle et inéluctable. L’énergie pure (la force primordiale) et l’esprit pur sont entièrement préréactifs à la gravité. Ces forces primordiales inhérentes aux Absolus sont personnellement contrôlées par le Père Universel. Donc, toute la gravité est centrée dans la présence personnelle du Père Paradisiaque, qui est pure énergie et pur esprit, et dans sa demeure supramatérielle.

56:1.4 (638.2) L’énergie pure est l’ancêtre de toutes les réalités fonctionnelles relatives, non spirituelles, tandis que le pur esprit est le potentiel du divin supercontrôle directeur de tous les systèmes énergétiques fondamentaux. Et ces réalités, dont la diversité se manifeste dans tout l’espace et s’observe dans les mouvements du temps, sont toutes deux centrées dans la personne du Père du Paradis. En lui elles ne font qu’une – il faut qu’elles soient unifiées – parce que Dieu est un. La personnalité du Père est absolument unifiée.

56:1.5 (638.3) Dans l’infinie nature de Dieu le Père, il ne saurait exister de dualité de réalité telle que réalité physique et réalité spirituelle ; mais, dès que nous regardons en dehors des niveaux infinis et de la réalité absolue des valeurs personnelles du Père Paradisiaque, nous constatons l’existence de ces deux réalités et nous reconnaissons qu’elles sont pleinement réactives à sa présence personnelle. En lui toutes choses subsistent.

56:1.6 (638.4) Aussitôt que l’on s’écarte du concept non qualifié de la personnalité infinie du Père du Paradis, il faut admettre que le MENTAL est la technique inévitable pour unifier la divergence toujours plus accentuée de ces manifestations universelles duelles de la personnalité originelle monothétique du Créateur, la Source-Centre Première – le JE SUIS.

2. Unité intellectuelle

56:2.1 (638.5) Le Père-Pensée réalise l’expression de l’esprit dans le Fils-Verbe, et obtient l’expansion de la réalité dans les vastes univers matériels par le Paradis. Les expressions spirituelles du Fils Éternel sont en corrélation avec les niveaux matériels de la création par les fonctions de l’Esprit Infini. Celui-ci établit la corrélation entre les réalités spirituelles et les répercussions matérielles de la Déité par son ministère mental sensible à l’esprit et dans les actes mentaux qui dirigent le physique.

56:2.2 (638.6) Le mental est la dotation fonctionnelle de l’Esprit Infini ; il est donc infini en potentiel et universel en effusion. La pensée primordiale du Père Universel s’éternise en une expression duelle : d’une part l’Ile du Paradis et d’autre part son égal en Déité, le Fils Éternel spirituel. Cette dualité de la réalité éternelle rend inévitable le Dieu mental, l’Esprit Infini. Le mental est l’indispensable canal de communication entre les réalités spirituelles et matérielles. La créature évolutionnaire matérielle ne peut concevoir et comprendre l’esprit intérieur que par le ministère du mental.

56:2.3 (638.7) Ce mental infini et universel apparait dans les univers du temps et de l’espace en tant que mental cosmique ; et, bien qu’il s’étende depuis le ministère primitif des esprits adjuvats jusqu’au mental magnifique du chef exécutif d’un univers, ce mental cosmique lui-même est bien unifié par la supervision des Sept Maitres Esprits, qui sont à leur tour coordonnés avec le Mental Suprême du temps et de l’espace, et en parfaite corrélation avec le mental de l’Esprit Infini qui englobe tout.

3. Unification spirituelle

56:3.1 (639.1) De même que la gravité universelle du mental est centrée dans la présence personnelle de l’Esprit Infini au Paradis, de même la gravité universelle de l’esprit est centrée dans la présence personnelle du Fils Éternel au Paradis. Le Père Universel est un, mais, pour l’espace-temps il se révèle dans les phénomènes duels de pure énergie et de pur esprit.

56:3.2 (639.2) Les réalités spirituelles du Paradis sont de même une ; mais, dans toutes les situations et relations de l’espace-temps, cet esprit unique se révèle dans des phénomènes duels, ceux des personnalités et émanations spirituelles du Fils Éternel et ceux des personnalités et influences spirituelles de l’Esprit Infini et de ses créations associées ; et il existe encore une troisième manifestation – les fragmentations de pur esprit – le don par le Père des Ajusteurs de Pensée et autres entités spirituelles qui sont prépersonnelles.

56:3.3 (639.3) Quel que soit le niveau des activités universelles où vous rencontriez des phénomènes spirituels ou preniez contact avec des êtres spirituels, vous pouvez savoir qu’ils dérivent tous du Dieu qui est esprit par le ministère du Fils Spirituel et de l’Esprit Mental Infini. Et ce vaste esprit opère sous forme de phénomène sur les mondes évolutionnaires du temps selon les directives émanant du siège des univers locaux. De ces capitales des Fils Créateurs, le Saint-Esprit et l’Esprit de Vérité viennent avec le ministère des esprits-mentaux adjuvats vers les niveaux inférieurs du mental matériel en évolution.

56:3.4 (639.4) Alors que le mental est mieux unifié au niveau des Maitres Esprits en association avec l’Être Suprême et en tant que mental cosmique subordonné au Mental Absolu, le ministère spirituel, auprès des mondes en évolution, est plus directement unifié dans les personnalités résidant aux sièges des univers locaux et dans les personnes des Divines Ministres qui les président. Celles-ci sont à leur tour en corrélation presque parfaite avec le circuit paradisiaque de gravité du Fils Éternel, où se produit l’unification finale de toutes les manifestations spirituelles de l’espace-temps.

56:3.5 (639.5) L’existence en tant que créature rendue parfaite peut être atteinte, entretenue et éternisée par la fusion du mental conscient de soi avec un fragment de la dotation spirituelle prétrinitaire de l’une des personnes de La Trinité du Paradis. Le mental mortel est la création des Fils et Filles du Fils Éternel et de l’Esprit Infini, et, quand il est fusionné avec l’Ajusteur de Pensée du Père, il participe de la triple dotation spirituelle des royaumes évolutionnaires. Mais ces trois expressions spirituelles deviennent parfaitement unifiées chez les finalitaires, comme elles étaient unifiées dans l’éternité chez l’Universel JE SUIS avant qu’il ne devînt le Père Universel du Fils Éternel et de l’Esprit Infini.

56:3.6 (639.6) Il faut toujours qu’en fin de compte l’esprit soit triple dans son expression et unifié trinitairement dans sa réalisation finale. L’esprit nait d’une source unique par une expression triple, et, en finalité, il faut qu’il atteigne, et il atteint, sa pleine réalisation dans l’unification divine que l’on expérimente en trouvant Dieu – l’unité avec la divinité dans l’éternité et au moyen du ministère du mental cosmique de l’expression infinie de la parole éternelle de la pensée universelle du Père.

4. Unification de la personnalité

56:4.1 (639.7) Le Père Universel est une personnalité divinement unifiée ; en conséquence, tous ses enfants ascendants seront aussi des personnalités pleinement unifiées avant d’atteindre Havona, étant portés vers le Paradis par le rebondissement de la force vive des Ajusteurs de Pensée partis du Paradis pour habiter le mental des mortels matériels conformément au commandement du Père.

56:4.2 (640.1) La personnalité a l’aptitude innée d’étendre son rayon d’action pour unifier toutes les réalités constituantes. La personnalité infinie de la Source-Centre Première, le Père Universel, unifie les sept Absolus constituant l’Infinité. La personnalité des mortels, étant un don direct et exclusif du Père Universel, possède également le potentiel capable d’unifier les facteurs constituants de la créature mortelle. Cette créativité unifiante de toute personnalité de créature est une marque de naissance de sa haute source exclusive ; elle est une preuve supplémentaire de son contact ininterrompu avec la même source par le circuit de personnalité, grâce auquel la personnalité de la créature maintient un contact direct et vivifiant avec le Père Paradisiaque de toute personnalité.

56:4.3 (640.2) Bien que Dieu soit manifeste à partir des domaines du Septuple en passant par la suprématie et l’ultimité jusqu’à Dieu l’Absolu, le circuit de personnalité, centré au Paradis et dans la personne de Dieu le Père, pourvoit à l’unification complète et parfaite de toutes ces expressions diverses de la personnalité divine et, en ce qui concerne toutes les personnalités des créatures, sur tous les niveaux d’existence intelligente et dans tous les royaumes des univers parfaits, devenus parfaits ou en cours de perfectionnement.

56:4.4 (640.3) Pour et dans les univers, Dieu est bien tout ce que nous avons dépeint, mais, pour vous et toutes les autres créatures connaissant Dieu, il est un, votre Père et leur Père. Envers une personnalité, Dieu ne peut être une pluralité. Dieu est Père pour chacune de ses créatures, et il est littéralement impossible pour tout enfant d’avoir plus d’un Père.

56:4.5 (640.4) Philosophiquement, cosmiquement et par référence aux niveaux différentiels et aux lieux de manifestation, vous pouvez et devez nécessairement concevoir le fonctionnement de Déités plurales et postuler l’existence de plusieurs Trinités ; mais, d’un bout à l’autre du maitre univers, dans l’expérience d’adoration, Dieu est un dans le contact personnel de chaque personnalité qui adore ; et cette Déité personnelle et unifiée est notre parent du Paradis, Dieu le Père, le donneur, le conservateur et le Père de toutes les personnalités, depuis les hommes mortels sur les mondes habités jusqu’au Fils Éternel sur l’Ile centrale de Lumière.

5. Unité de la Déité

56:5.1 (640.5) L’unité, l’indivisibilité de la Déité du Paradis, est existentielle et absolue. Il y a trois personnalisations éternelles de la Déité – le Père Universel, le Fils Éternel et l’Esprit Infini – mais, dans La Trinité du Paradis, elles sont actuellement une seule Déité, indivise et indivisible.

56:5.2 (640.6) À partir du niveau originel Paradis-Havona de réalité existentielle, deux niveaux subabsolus se sont différenciés, sur lesquels le Père, le Fils et l’Esprit ont entrepris de créer de nombreux associés et subordonnés personnels. Sous ce rapport, il ne convient pas de faire entrer en ligne de compte l’unification absonite de la déité sur les niveaux transcendantaux d’ultimité. Par contre, il est possible d’examiner quelques caractéristiques de la fonction unifiante des diverses personnalisations de la Déité chez lesquelles la divinité se manifeste fonctionnellement dans les divers secteurs de la création et aux différents ordres d’êtres intelligents.

56:5.3 (640.7) Le fonctionnement présent de la divinité dans les superunivers se manifeste activement dans les opérations des Créateurs Suprêmes – les Fils et Esprits Créateurs des univers locaux, les Anciens des Jours des superunivers et les Sept Maitres Esprits du Paradis. Ces êtres constituent les trois premiers niveaux de Dieu le Septuple conduisant intérieurement au Père Universel, et tout ce domaine de Dieu le Septuple se coordonne sur le premier niveau de déité expérientielle dans l’Être Suprême en évolution.

56:5.4 (641.1) Au Paradis et dans l’univers central, l’unité de la Déité est un fait d’existence. Dans tous les univers évoluants du temps et de l’espace, l’unité de la Déité est un accomplissement.

6. Unification de la Déité évolutionnaire

56:6.1 (641.2) Quand les trois personnes éternelles de la Déité fonctionnent en tant que Déité indivise dans La Trinité du Paradis, elles réalisent une parfaite unité. De même quand elles créent, soit en association, soit séparément, leur progéniture paradisiaque fait ressortir l’unité caractéristique de la divinité. Et cette divinité d’intention, manifestée par les Créateurs Suprêmes et Chefs des domaines de l’espace-temps, se traduit par le potentiel de pouvoir unifiant de la souveraineté de la suprématie expérientielle qui, en présence de l’unité de l’énergie impersonnelle de l’univers, constitue une tension de réalité qui peut se résoudre seulement par l’unification adéquate avec les réalités de personnalité expérientielles de la Déité expérientielle.

56:6.2 (641.3) Les réalités de personnalité de l’Être Suprême émanent des Déités du Paradis et, sur le monde-pilote du circuit extérieur de Havona, s’unifient avec les prérogatives de pouvoir du Tout-Puissant Suprême venant des divinités des Créateurs du grand univers. En tant que personne, Dieu le Suprême existait dans Havona avant la création des sept superunivers, mais il n’y opérait que sur des niveaux spirituels. L’évolution du Tout-Puissant pouvoir de Suprématie par diverses synthèses de divinité dans les univers évoluants se traduisit par une nouvelle présence de pouvoir de la Déité, qui se coordonna avec la personne spirituelle du Suprême dans Havona au moyen du Mental Suprême. En même temps, celui-ci passait du potentiel résidant dans le mental infini de l’Esprit Infini au mental fonctionnel actif de l’Être Suprême.

56:6.3 (641.4) Les créatures au mental matériel des mondes évolutionnaires des sept superunivers ne peuvent comprendre l’unité de la Déité qu’en suivant son évolution dans cette synthèse pouvoir-personnalité chez l’Être Suprême. À quelque niveau d’existence que ce soit, Dieu ne peut pas aller au-delà de la capacité conceptuelle des êtres qui vivent à de tels niveaux. L’homme mortel doit, par la reconnaissance de la vérité, par l’appréciation de la beauté et par l’adoration de la bonté, développer la reconnaissance d’un Dieu d’amour et progresser ensuite par les niveaux de déité ascendants jusqu’à la compréhension du Suprême. La Déité, après avoir été saisie comme unifiée en pouvoir, peut ensuite être personnalisée en esprit pour être comprise et atteinte par la créature.

56:6.4 (641.5) Les ascendeurs mortels parviennent à comprendre le pouvoir du Tout-Puissant sur les capitales des superunivers, et à comprendre la personnalité du Suprême sur les circuits extérieurs de Havona, mais ils ne trouvent pas effectivement l’Être Suprême comme ils sont destinés à trouver les Déités du Paradis. Même les finalitaires, qui sont des esprits du sixième stade, n’ont pas trouvé l’Être Suprême et n’ont pas de chances de le trouver avant d’avoir atteint le statut d’esprit du septième stade et avant que le Suprême n’exerce effectivement des fonctions dans les activités des futurs univers extérieurs.

56:6.5 (641.6) Par contre, lorsque les ascendeurs trouvent le Père Universel en tant que septième niveau de Dieu le Septuple, ils ont atteint la personnalité de la Première Personne de tous les niveaux de déité de relations personnelles avec les créatures de l’univers.

7. Répercussions évolutionnaires universelles

56:7.1 (642.1) Le progrès continu de l’évolution dans les univers de l’espace-temps s’accompagne de révélations constamment élargies de la Déité à toutes les créatures intelligentes. Quand l’apogée du progrès évolutionnaire est atteint sur un monde, dans un système, une constellation, un univers, un superunivers ou dans le grand univers, c’est le signal que la fonction de déité s’amplifie parallèlement auprès de ces unités progressives de la création et dans ces unités progressives de la création. Et tout rehaussement local dans la réalisation de la divinité s’accompagne de certaines répercussions bien définies d’une manifestation élargie de la déité auprès de tous les autres secteurs de la création. En allant du Paradis vers l’extérieur, chaque nouveau domaine d’évolution réalisée et atteinte constitue une nouvelle révélation élargie de la Déité expérientielle à l’univers des univers.

56:7.2 (642.2) À mesure que les composants d’un univers local s’ancrent progressivement dans la lumière et la vie, Dieu le Septuple devient de plus en plus manifeste. L’évolution spatiotemporelle d’une planète débute avec la première expression de Dieu le Septuple – l’association Fils Créateur-Esprit Créatif – et sous leur contrôle. Avec l’ancrage du système dans la lumière, cette liaison Fils-Esprit atteint la plénitude de sa fonction ; et, quand une constellation entière est ainsi ancrée, la seconde phase de Dieu le Septuple devient plus active dans tout ce royaume. Le parachèvement de l’évolution administrative d’un univers local s’accompagne de ministères nouveaux et plus directs de la part des Maitres Esprits du superunivers ; et c’est également à ce point que commencent la révélation et la réalisation toujours croissantes de Dieu le Suprême, qui culminent dans la compréhension de l’Être Suprême par les ascendeurs lors de leur passage dans les mondes du sixième circuit de Havona.

56:7.3 (642.3) Le Père Universel, le Fils Éternel et l’Esprit Infini sont des manifestations de déité existentielle auprès des créatures intelligentes ; elles ne s’amplifient donc pas de la même manière en relations de personnalité avec les créatures mentales et spirituelles de toute la création.

56:7.4 (642.4) Il faudrait noter que les mortels ascendants peuvent ressentir la présence impersonnelle des niveaux successifs de Déité bien avant d’être suffisamment spiritualisés et adéquatement éduqués pour arriver à reconnaitre personnellement et expérientiellement ces Déités et à prendre contact avec elles en tant qu’êtres personnels.

56:7.5 (642.5) Chaque nouvel accomplissement évolutionnaire dans un secteur de la création ainsi que toute nouvelle invasion de l’espace par des manifestations de divinité s’accompagnent d’expansions simultanées de la révélation fonctionnelle de la Déité dans les unités de toute la création existant à ce moment-là et organisées antérieurement. Cette nouvelle invasion du travail administratif des univers et de leurs unités composantes peut quelquefois sembler ne pas être exécutée exactement selon la technique décrite. En effet, la pratique est d’envoyer à l’avance des groupes d’administrateurs pour préparer la voie pour les ères subséquentes et successives du nouveau supercontrôle administratif. Même Dieu l’Ultime laisse entrevoir son supercontrôle transcendantal des univers pendant les stades avancés d’un univers local ancré dans la lumière et la vie.

56:7.6 (642.6) C’est un fait établi qu’à mesure que les créations de l’espace et du temps s’ancrent progressivement dans le statut évolutionnaire, on observe un fonctionnement nouveau et plus complet de Dieu le Suprême, coïncidant avec le retrait correspondant des trois premières manifestations de Dieu le Septuple. Si le grand univers doit un jour être ancré dans la lumière et dans la vie, quelle sera alors la future fonction des manifestations des Fils Créateurs et des Filles Créatives de Dieu le Septuple si Dieu le Suprême assume le contrôle direct des créations de l’espace et du temps ? Ces organisateurs et pionniers des univers de l’espace-temps devront-ils être libérés pour des activités similaires dans l’espace extérieur ? Nous ne le savons pas, mais nous faisons beaucoup d’hypothèses sur ces matières et sur les affaires connexes.

56:7.7 (643.1) Du fait que les frontières de la Déité expérientielle s’étendent dans les domaines de l’Absolu Non Qualifié, nous imaginons l’activité de Dieu le Septuple pendant les époques évolutionnaires initiales de ces créations du futur. Nous ne sommes pas tous d’accord sur le futur statut des Anciens des Jours et des Maitres Esprits des superunivers. Nous ne savons pas davantage si oui ou non l’Être Suprême y fonctionnera comme dans les sept superunivers. Mais nous conjecturons tous que les Micaëls, les Fils Créateurs, sont destinés à opérer dans ces univers extérieurs. Certains soutiennent que les âges futurs verront une forme d’union plus étroite entre les Fils Créateurs et les Divines Ministres associés ; il est même possible que cette union créatrice s’extériorise en une nouvelle expression d’identité associée-créatrice de nature ultime. En réalité, nous ne savons rien sur ces possibilités de l’avenir non révélé.

56:7.8 (643.2) Nous savons toutefois que, dans les univers du temps et de l’espace, Dieu le Septuple permet de s’approcher progressivement du Père Universel, et que cette approche évolutionnaire est unifiée expérientiellement en Dieu le Suprême. Nous pourrions supposer que ce plan devra prévaloir dans les univers extérieurs ; d’autre part, les nouveaux ordres d’êtres susceptibles d’habiter un jour ces univers pourraient être capables d’approcher la Déité sur les niveaux ultimes et par des techniques absonites. Bref, nous n’avons pas le moindre concept de la technique d’approche de la déité qui pourrait être opératoire dans les futurs univers de l’espace extérieur.

56:7.9 (643.3) Nous estimons néanmoins que les superunivers devenus parfaits feront d’une certaine manière partie de la carrière d’ascension au Paradis des êtres qui pourraient habiter ces créations extérieures. Il est tout à fait possible que, dans cet âge futur, nous observions des citoyens de l’espace extérieur s’approchant de Havona par les sept superunivers alors administrés par Dieu le Suprême avec ou sans la collaboration des Sept Maitres Esprits.

8. L’Unificateur Suprême

56:8.1 (643.4) L’Être Suprême a une triple fonction dans l’expérience de l’homme mortel. Premièrement, il est l’unificateur de la divinité spatiotemporelle, Dieu le Septuple. Deuxièmement, il représente le maximum de Déité que les créatures finies puissent effectivement comprendre. Troisièmement, il est la seule voie d’approche pour l’homme mortel vers l’expérience transcendantale d’association avec le mental absonite, l’esprit éternel et la personnalité paradisiaque.

56:8.2 (643.5) Les finalitaires ascendants sont nés dans les univers locaux ; ils ont été élevés dans les superunivers et éduqués dans l’univers central. Ils embrassent donc dans leurs expériences personnelles tout le potentiel nécessaire pour comprendre la divinité spatiotemporelle de Dieu le Septuple qui s’unifie dans le Suprême. Les finalitaires servent successivement dans des superunivers autres que ceux de leur nativité. Ils surimposent ainsi expérience sur expérience jusqu’à ce que la septuple diversité des expériences possibles pour les créatures ait été englobée dans sa plénitude. Par le ministère des Ajusteurs intérieurs, les finalitaires sont mis à même de trouver le Père Universel, mais c’est par ces techniques de l’expérience qu’ils parviennent réellement à connaitre l’Être Suprême, et ils sont destinés à aller dans les futurs univers de l’espace extérieur pour y servir et révéler cette Déité Suprême.

56:8.3 (644.1) Rappelez-vous tout ce que Dieu le Père et ses Fils du Paradis font pour nous ; à notre tour, et en esprit, nous avons l’occasion de le faire pour l’Être Suprême émergent, et en lui. L’expérience d’amour, de joie et de service dans l’univers est mutuelle. Dieu le Père n’a pas besoin que ses fils lui rendent tout ce qu’il leur a donné, mais ils l’effusent effectivement à leur tour (ou peuvent l’effuser) sur leurs compagnons et sur l’Être Suprême en évolution.

56:8.4 (644.2) Tous les phénomènes de création reflètent des activités spirituelles créatrices antérieures. Jésus a dit, et c’est littéralement vrai, que « le Fils fait seulement les choses qu’il voit faire au Père ». À un moment donné, vous autres, mortels, pourrez commencer à révéler le Suprême à vos compagnons et à élargir de plus en plus cette révélation à mesure que vous vous rapprocherez du Paradis. Dans l’éternité, vous serez peut-être autorisés, en tant que finalitaires du septième stade, à faire des révélations croissantes de ce Dieu des créatures évolutionnaires sur des niveaux suprêmes – et même ultimes.

9. Unité universelle absolue

56:9.1 (644.3) L’Absolu Non Qualifié et l’Absolu de Déité sont unifiés dans l’Absolu Universel. Les Absolus sont coordonnés dans l’Ultime, conditionnés dans le Suprême et modifiés par l’espace-temps dans Dieu le Septuple. Sur les niveaux subinfinis, il y a trois Absolus, mais dans l’infinité ils apparaissent comme un seul. Au Paradis, il y a trois personnalisations de la Déité, mais dans La Trinité elles sont une.

56:9.2 (644.4) Le problème philosophique majeur du maitre univers est le suivant : L’Absolu (les trois Absolus considérés comme un dans l’infinité) existait-il avant La Trinité ? L’Absolu est-il ancêtre de La Trinité ou La Trinité est-elle antérieure à l’Absolu ?

56:9.3 (644.5) L’Absolu Non Qualifié est-il une présence-force indépendante de La Trinité ? La présence de l’Absolu de Déité implique-t-elle la fonction illimitée de La Trinité ? Et l’Absolu Universel est-il la fonction finale de La Trinité, ou même une Trinité des Trinités ?

56:9.4 (644.6) Au premier abord, le concept de l’Absolu comme ancêtre de toutes choses – même de La Trinité – semble procurer un contentement provisoire en satisfaisant la logique et en unifiant la philosophie, mais cette conclusion est infirmée par le fait que l’éternité de La Trinité du Paradis est actuelle. On nous enseigne, et nous le croyons, que le Père Universel et ses associés de La Trinité sont éternels dans leur nature et dans leur existence. Logiquement, il ne reste plus alors que la conclusion philosophique suivante : pour toutes les intelligences de l’univers, l’Absolu est la réaction impersonnelle et coordonnée de La Trinité (des Trinités) à toutes les situations primaires et fondamentales de l’espace à l’intérieur ou à l’extérieur des univers. Pour toutes les personnalités intelligentes du grand univers, La Trinité du Paradis se dresse perpétuellement dans sa finalité, son éternité, sa suprématie et son ultimité, et, à toutes fins utiles concernant la compréhension personnelle et la réalisation des créatures, elle est absolue.

56:9.5 (644.7) La façon dont le mental des créatures peut envisager ce problème conduit au postulat final établissant l’Universel JE SUIS comme cause primordiale et source non qualifiée à la fois de La Trinité et de l’Absolu. Donc, lorsque nous avons le désir ardent d’entretenir un concept personnel de l’Absolu, nous en revenons à nos idées et idéaux du Père du Paradis. Lorsque nous désirons faciliter la compréhension ou développer la conscience de cet Absolu par ailleurs impersonnel, nous en revenons au fait que le Père Universel est le Père existentiel de personnalité absolue ; le Fils Éternel est la Personne Absolue, bien qu’au sens expérientiel il ne soit pas la personnalisation de l’Absolu. Poursuivant notre chemin, nous envisageons les Trinités expérientielles comme culminant dans la personnalisation expérientielle de l’Absolu de Déité. En même temps, nous concevons l’Absolu Universel comme constituant, dans les univers et hors des univers, les phénomènes de la présence manifeste des activités impersonnelles des associations coordonnées et unifiées de la Déité, associations de suprématie, d’ultimité et d’infinité – La Trinité des Trinités.

56:9.6 (645.1) Dieu le Père est perceptible sur tous les niveaux depuis le fini jusqu’à l’infini et, bien que ses créatures, depuis celles du Paradis jusqu’à celles des mondes évolutionnaires, l’aient perçu diversement, seuls le Fils Éternel et l’Esprit Infini le connaissent en tant qu’infinité.

56:9.7 (645.2) La personnalité spirituelle n’est absolue qu’au Paradis, et le concept de l’Absolu n’est sans réserve que dans l’infinité. La présence de la Déité n’est absolue qu’au Paradis, et il faut que la révélation de Dieu reste partielle, relative et progressive jusqu’à ce que son pouvoir devienne expérientiellement infini dans la puissance d’espace de l’Absolu Non Qualifié. En même temps, la manifestation de sa personnalité devient expérientiellement infinie dans la présence manifeste de l’Absolu de Déité et ces deux potentiels d’infinité deviennent réalité-unifiée dans l’Absolu Universel.

56:9.8 (645.3) Mais, au-delà des niveaux subinfinis, les trois Absolus sont un, et c’est ainsi que l’infinité est réalisée par la Déité, indépendamment de la possibilité pour un autre ordre d’existence de jamais avoir par lui-même conscience de l’infinité.

56:9.9 (645.4) Le statut existentiel dans l’éternité implique une autoconscience existentielle de l’infinité, même s’il fallait encore une autre éternité pour faire l’expérience de l’autoréalisation des potentiels expérientiels inhérents à une éternité d’infinité – une infinité éternelle.

56:9.10 (645.5) Et Dieu le Père est la source personnelle de toutes les manifestations de la Déité et de la réalité, pour toutes les créatures intelligentes et tous les êtres spirituels dans tout l’univers des univers. Peu importe que vous réussissiez à atteindre Dieu le Septuple, que vous compreniez Dieu le Suprême, que vous trouviez Dieu l’Ultime ou que vous tentiez de saisir le concept de Dieu l’Absolu, que ce soit aujourd’hui ou dans vos expériences universelles successives de l’éternel futur ; en tant que personnalité, vous découvrirez, à votre satisfaction éternelle, qu’en consommant chaque aventure, vous avez redécouvert, sur de nouveaux niveaux expérientiels, le Dieu éternel – le Père Paradisiaque de toutes les personnalités de l’univers.

56:9.11 (645.6) Le Père Universel est l’explication de l’unité universelle telle qu’elle doit être réalisée suprêmement et même ultimement dans l’unité postultime des valeurs et significations absolues – la Réalité non qualifiée.

56:9.12 (645.7) Les Maitres Organisateurs de Force s’en vont dans l’espace et mobilisent ses énergies pour les rendre gravitationnellement sensibles à l’attraction paradisiaque du Père Universel. Viennent ensuite les Fils Créateurs qui organisent en univers habités ces forces sensibles à la gravité. Ils y développent des créatures intelligentes qui reçoivent pour elles-mêmes l’esprit du Père du Paradis et s’élèvent ensuite vers le Père pour devenir semblables à lui dans tous les attributs possibles de divinité.

56:9.13 (645.8) L’avancement incessant et grandissant des forces créatives du Paradis à travers l’espace semble présager l’extension incessante du domaine d’emprise gravitationnelle du Père Universel et la multiplication sans fin de types variés de créatures intelligentes qui sont capables d’aimer Dieu et d’être aimées par lui, et qui, commençant ainsi à reconnaitre Dieu, peuvent choisir de devenir semblables à lui, peuvent décider d’atteindre le Paradis et de trouver Dieu.

56:9.14 (646.1) L’univers des univers est entièrement unifié. Dieu est un en pouvoir et en personnalité. Tous les niveaux d’énergie et toutes les phases de personnalité sont coordonnés. Philosophiquement et expérientiellement, en concept et en réalité, toutes les choses et tous les êtres sont centrés dans le Père du Paradis. Dieu est tout et en tout, et nulle chose et nul être n’existent sans lui.

10. Vérité, beauté et bonté

56:10.1 (646.2) À mesure que les mondes ancrés dans la lumière et la vie progressent depuis le stade initial jusqu’à la septième époque, leurs habitants cherchent successivement à réaliser la réalité de Dieu le Septuple en allant de l’adoration du Fils Créateur vers l’adoration de son Père du Paradis. Tout au cours du septième stade de l’histoire de ces mondes, les mortels, qui progressent constamment, croissent dans la connaissance de Dieu le Suprême en discernant vaguement la réalité du ministère dominant de Dieu l’Ultime.

56:10.2 (646.3) Durant tout cet âge glorieux, la recherche principale des mortels en progrès est la quête d’une meilleure compréhension et d’une réalisation plus complète des éléments compréhensibles de la Déité – la vérité, la beauté et la bonté. Cela représente l’effort des hommes pour discerner Dieu dans le mental, la matière et l’esprit. Et, à mesure que les mortels poursuivent cette quête, ils se trouvent de plus en plus absorbés dans l’étude expérientielle de la philosophie, de la cosmologie et de la divinité.

56:10.3 (646.4) Vous saisissez quelque peu la philosophie et vous comprenez la divinité dans l’adoration, le service social et l’expérience spirituelle personnelle, mais vous limitez trop souvent la recherche de la beauté – la cosmologie – à l’étude des grossières tentatives artistiques humaines. La beauté, l’art, est largement une affaire d’unification de contrastes. La variété est essentielle au concept de beauté. La beauté suprême, le summum de l’art fini, est l’épopée de l’unification de l’immensité des extrêmes cosmiques, le Créateur et la créature. L’homme trouvant Dieu et Dieu trouvant l’homme – la créature devenant parfaite comme le Créateur – tel est l’accomplissement céleste de la beauté suprême, l’aboutissement de l’apogée de l’art cosmique.

56:10.4 (646.5) Le matérialisme, l’athéisme, est donc le comble de la laideur, l’apogée de l’antithèse finie du beau. La beauté la plus grande consiste dans le panorama de l’unification des variations qui sont nées d’une réalité harmonieuse préexistante.

56:10.5 (646.6) L’aboutissement aux niveaux cosmologiques de pensée inclut :

56:10.6 (646.7) 1. La curiosité. La faim d’harmonie et la soif de beauté. Les tentatives persistantes pour découvrir de nouveaux niveaux de relations cosmiques harmonieuses.

56:10.7 (646.8) 2. L’appréciation esthétique. L’amour du beau et l’appréciation toujours plus poussée de la touche artistique marquant toutes les manifestations créatives sur tous les niveaux de réalité.

56:10.8 (646.9) 3.La sensibilité éthique. Au travers de la réalisation de la vérité, l’appréciation de la beauté conduit au sentiment de l’éternelle justesse de ces choses qui touchent à la reconnaissance de la divine bonté dans les relations de la Déité avec tous les êtres, et, ainsi, même la cosmologie conduit à la recherche des valeurs divines de réalité – à la conscience de Dieu.

56:10.9 (646.10) Les mondes ancrés dans la lumière et la vie sont si pleinement concernés par la compréhension de la vérité, de la beauté et de la bonté parce que ces valeurs qualitatives embrassent la révélation de la Déité aux royaumes du temps et de l’espace. Les significations de la vérité éternelle exercent un attrait à la fois sur la nature intellectuelle et sur la nature spirituelle de l’homme mortel. La beauté universelle englobe les relations et rythmes harmonieux de la création cosmique ; elle constitue plus nettement l’attrait intellectuel et conduit à la compréhension unifiée et synchrone de l’univers matériel. La bonté de Dieu représente la révélation de valeurs infinies au mental fini pour y être perçues et élevées au seuil même du niveau spirituel de la compréhension humaine.

56:10.10 (647.1) La vérité est la base de la science et de la philosophie ; elle présente le fondement intellectuel de la religion. La beauté est marraine de l’art, de la musique et des rythmes significatifs de toute expérience humaine. La bonté embrasse le sens de l’éthique, de la moralité et de la religion – l’appétit de perfection expérientiel.

56:10.11 (647.2) L’existence de la beauté implique la présence d’un mental de créature qui l’apprécie, tout aussi certainement que le fait de l’évolution progressive indique la domination du Mental Suprême. La beauté est la récognition intellectuelle de l’harmonieuse synthèse spatiotemporelle des vastes diversifications de la réalité phénoménale, dont la totalité provient d’une éternelle unité préexistante.

56:10.12 (647.3) La bonté est la récognition mentale des valeurs relatives des divers niveaux de la perfection divine. La récognition de la bonté implique un mental ayant un statut moral, un mental personnel capable de discriminer entre le bien et le mal. Mais la possession de la bonté, la grandeur, est la mesure d’un réel aboutissement à la divinité.

56:10.13 (647.4) La récognition des vraies relations implique un mental apte à discriminer entre la vérité et l’erreur. L’Esprit de Vérité effusé qui investit le mental humain sur Urantia réagit infailliblement à la vérité – la relation spirituelle vivante de toutes les choses et de tous les êtres tels qu’ils sont coordonnés dans l’éternelle ascension vers Dieu.

56:10.14 (647.5) Chaque impulsion de chaque électron, pensée ou esprit est une unité active dans tout l’univers. Seul le péché est isolé et le mal résiste à la gravité sur les niveaux mentaux et spirituels. L’univers est un tout : nulle chose, nul être n’existent ni ne vivent dans l’isolement. La réalisation de soi est potentiellement mauvaise si elle est antisociale. Il est littéralement vrai que « nul homme ne vit par lui-même ». La socialisation cosmique constitue la plus haute forme d’unification de la personnalité. Jésus a dit : « Celui qui voudra être le plus grand parmi vous, qu’il devienne le serviteur de tous. »

56:10.15 (647.6) Même la vérité, la beauté et la bonté – l’approche intellectuelle des hommes pour comprendre l’univers du mental, de la matière et de l’esprit – doivent être combinées en un concept unifié d’un idéal divin et suprême. De même que la personnalité mortelle unifie l’expérience humaine avec la matière, le mental et l’esprit, de même cet idéal suprême et divin s’unifie en pouvoir dans la Suprématie et ensuite se personnalise comme un Dieu d’amour paternel.

56:10.16 (647.7) Toute perspicacité sur les relations entre un tout et ses parties demande que l’on ait intelligemment saisi les relations de toutes les parties avec ce tout ; et, dans l’univers, cela signifie la relation des parties créées avec le Tout Créateur. La Déité devient ainsi le but transcendantal et même infini de l’aboutissement universel et éternel.

56:10.17 (647.8) La beauté universelle est la récognition du reflet de l’Ile du Paradis dans la création matérielle, tandis que la vérité éternelle est le ministère spécial des Fils du Paradis, qui non seulement s’effusent sur les races mortelles, mais encore répandent leur Esprit de Vérité sur tous les peuples. La divine bonté ressort encore plus pleinement dans le ministère aimant des multiples personnalités de l’Esprit Infini. Mais l’amour, la somme totale de ces trois qualités, est la perception que l’homme a de Dieu en tant que son Père spirituel.

56:10.18 (648.1) La matière physique est, dans l’espace-temps, l’ombre de la resplendissante énergie paradisiaque des Déités absolues. Les significations de la vérité sont les répercussions, dans l’intellect humain, de la parole éternelle de la Déité – la compréhension spatiotemporelle des concepts suprêmes. Les valeurs de bonté de la divinité sont les ministères miséricordieux des personnalités spirituelles de l’Universel, de l’Éternel et de l’Infini auprès des créatures finies de l’espace-temps des sphères évolutionnaires.

56:10.19 (648.2) Ces valeurs significatives de réalité de la divinité sont fondues sous forme d’amour divin dans les relations du Père avec chaque créature personnelle. Elles sont coordonnées sous forme de miséricorde divine chez le Fils et ses Fils. Elles manifestent leurs qualités par l’Esprit et par ses enfants spirituels sous forme du ministère divin, portrait de la miséricorde aimante pour les enfants du temps. Ces trois divinités sont manifestées primordialement par l’Être Suprême, en tant que synthèse de personnalité-pouvoir. Elles sont diversement proclamées par Dieu le Septuple en sept associations différentes de significations et de valeurs divines, sur sept niveaux ascendants.

56:10.20 (648.3) Pour l’homme fini, la vérité, la beauté et la bonté embrassent la pleine révélation de la réalité de divinité. À mesure que cet amour-compréhension de la Déité trouve son expression spirituelle dans la vie des mortels qui connaissent Dieu, les fruits de la divinité sont produits : paix intellectuelle, progrès social, satisfaction morale, joie spirituelle et sagesse cosmique. Les mortels avancés sur un monde au septième stade de lumière et de vie ont appris que l’amour est la plus grande chose de l’univers – et ils savent que Dieu est amour.

56:10.21 (648.4) L’amour est le désir de faire du bien aux autres.

56:10.22 (648.5) [Présenté par un Puissant Messager en visite sur Urantia, sur requête du Corps Révélateur de Nébadon, et en collaboration avec un certain Melchizédek, Prince Planétaire vice-gérant d’Urantia.]

56:10.23 (648.6) Ce fascicule sur l’Unité Universelle est le vingt-cinquième d’une série de présentations par divers auteurs parrainés, en tant que groupe, par une commission de personnalités de Nébadon comportant douze membres et opérant sous la direction de Mantutia Melchizédek. Nous avons rédigé ces exposés et les avons transcrits en langue anglaise, en l’an 1934 du temps d’Urantia, au moyen d’une technique autorisée par nos supérieurs.





Back to Top